Mot de passe oublié ?
RESEAU-FERMIER.COM»» Toutes les interviews de fermiers»» INTERVIEW DE M. LE QUENTREC

Interview de M. Le Quentrec

Question de reseau-fermier.com Question de reseau-fermier.com
Pouvez-vous nous présenter votre exploitation ?
LE QUENTREC Philippe Réponse de LE QUENTREC Philippe

Mon élevage est situé dans le nord du Limousin, en Creuse.
Tout y est à taille humaine : une petite surface d'à peine 20 ha (entièrement en prairies), de petits bâtiments fonctionnels et récents, un petit troupeau à bonne prolificité qui est conduit en monte naturelle (ce sont les béliers qui font leur travail quand ils détectent une brebis en chaleur).

"Humain" est le maître mot qui continue à me guider dans ce monde devenu essentiellement mercantile, où chaque jour qui passe "ON" nous pousse vers la "dématérialisation", vers la "déshumanisation". 

J'essaye de rester profondément humain - privilégiant le contact direct et verbal - même si j'élève des animaux que... j'envoie à la boucherie.
Je me suis organisé pour être en mesure de fournir des agneaux pratiquement toute l'année.

Le troupeau est divisé en deux lots - regroupant au total presque deux cents brebis et quatre béliers – qui me retiennent de longues semaines en "maternité" pour les agnelages qui s'étalent de novembre à janvier puis d'avril à fin juin.
Des naissances étalées dans le temps, conjuguées à des vitesses de croissance variables pour les agneaux me permettent d'avoir des agneaux à commercialiser pendant une très grande partie de l'année.


Question de reseau-fermier.com Question de reseau-fermier.com
Votre production s'inscrit dans une démarche qualité "Label Rouge Agneaux Fermier", pouvez-vous nous dire ce qui vous a poussé à aller dans ce sens ?
LE QUENTREC Philippe Réponse de LE QUENTREC Philippe

J'élève mes agneaux en appliquant le cahier des charges du "Label Rouge : Agneaux Fermiers Pays d'Oc" pour que mes clients soient assurés que la viande qu'ils vont consommer est de qualité. D'une qualité digne d'un "Label Rouge".

En fait, les règles imposées sont strictes et leur application est régulièrement contrôlée par divers organismes mais elles ne font qu'imposer des normes d'alimentation, de confort animal, etc, qui sont dictées par le bon sens.

Cette contrainte est une manière de marquer le respect qu'on a pour le consommateurs.


Question de reseau-fermier.com Question de reseau-fermier.com
Étant donné les problématiques d'abattage et de distribution de la viande. Comment organisez vous vos distributions ?
LE QUENTREC Philippe Réponse de LE QUENTREC Philippe

Il y a très longtemps que je souhaitais me lancer dans la commercialisation en circuit court, notamment par rapport à la faible marge dégagée sur les réseaux de grandes distributions.
Dans ce circuit de vente tout est prétexte pour réduire le prix payé au producteur : les agneaux sont toujours trop gros, trop grands, trop petit, trop vieux, pas assez ceci, trop cela.

Si dans les rayons des magasins le consommateur retrouvait des prix en fonction de ce qui a été payé à l'éleveur, je pourrais admettre les critères de prix qui nous sont imposés, mais dans les rayons boucherie toutes les barquettes sont au même prix au kilo... et d'une manière générale à un niveau de prix qui permet difficilement de couvrir les coûts de production et encore moins de rémunérer les 80 à 90 h de travail par semaine (avec des pointes à 200 h au moment des agnelages).

Aujourd'hui j'utilise trois filières pour commercialiser les agneaux que j'élève :
- pour le moment, la plus importante reste celle des "Organisations de producteurs" autrement dit "la Grande distribution"
- je fais de la vente directe "à la ferme" via le réseau "Bienvenue à la ferme"
- je vends par correspondance grâce à mon site internet.

Pour ces deux modes de vente en circuit court je procède de la même manière pour l'abattage et la découpe. J'emmène mes agneaux à l'abattoir (agréé) qui est à 26 km, puis c'est un atelier de découpe (lui aussi agréé) qui est à 13 km qui fait le débit des carcasses et prépare les colis.

Les commandes doivent être passées le mardi avant 12 h pour être retirées le vendredi de la semaine suivante entre 15 et 19 h ou le samedi de la semaine suivante entre 10 h et 12 h puis entre 15 et 19 h.

Sur demande j'expédie les colis en Chronopost. Dans ce cas ils partent le jeudi de la semaine qui suit la commande et sont livrés le lendemain avant 13 h à l'adresse choisie par le client.


Question de reseau-fermier.com Question de reseau-fermier.com
Quelle est aujourd'hui, sur un plan géographique, l'étendue de votre notoriété ?
LE QUENTREC Philippe Réponse de LE QUENTREC Philippe

Je sais que mon site internet est consulté par des internautes du monde entier, mais je ne vends que sur le territoire de la France métropolitaine.

Le dernier colis que j'ai expédié était pour un client de Saint-Cyr-sur-Mer dans le Var.


Question de reseau-fermier.com Question de reseau-fermier.com
Pourquoi élever des agneaux en bergerie et non dans les prés ?
LE QUENTREC Philippe Réponse de LE QUENTREC Philippe

J'ai fait ce choix d'élever mes agneaux en bâtiment pour supprimer tous les traitements qu'impose la mise à l'herbe et ainsi vendre une viande la plus saine possible.

Par ailleurs, il est impensable de mettre dehors mes agneaux nés au début de l'hiver quand le climat nous fait subir : vent, pluie, neige, gros écarts de température, boue... alors qu'ils n'ont pratiquement rien sur le dos (je veux parler de laine, et couverture musculaire).

Pour ceux qui naissent à la fin du printemps, si les conditions climatiques permettraient de mettre les agneaux dans les prés on les expose au parasitisme lié aux pâtures qui sont très importants et qui imposent de nombreux "drogages". C'est ce qui m'a incité à abandonner l'élevage en plein air que j'avais pratiqué pendant un temps.

Si mes agneaux ne vont pas gambader dans les prés, cela ne veut pas dire qu'ils restent apathiques et qu'ils sont malheureux, loin de là ! Pour eux, tout est bon pour faire de l'exercice et chahuter : les nourrisseurs, les râteliers à foin, les claies qui délimitent leurs enclos, ma présence régulière, etc.




Les commentaires des internautes

Angot Internaute anonyme
Heureux après lecture de l'interview concernant cette forme d'élevage dont j'adhère totalement, respect de l'animal, sa nourriture, sa vie dans les pâtures ou dans la bergerie, une alimentation saine, un animal que l'on retrouve après plusieurs mois dans notre assiette avec une qualité de viande incomparable. Bien triste de voir des gens de nos jours de ne pas être capable de faire la différence sur les qualités de viandes. J'ai un grand respect pour votre métier et le temps consacré pour apporter le meilleur goût sur notre table. Moi pour mieux me connaître, je suis un exposant sur le thème du lait et les anciens outils agricoles (musée situé à la Bergerie Nationale de Rambouillet) ou d'ailleurs les bonnes méthodes sont bien respectées pour le bien-être animale. Bravo pour votre engagement et je souhaite que cela dure et que les jeunes dans l'avenir vont suivre le même chemin.

Patrice Angot de Rambouillet.
Le 24/04/2015 à 02:44:05 Signaler
Voir tous les commentaires

Ecrire un commentaire

La saisie du commentaire est limitée à 1200 caractères.
(optionnel)
(optionnel)  (Votre adresse email ne sera pas publié)

Ces articles peuvent aussi vous intéresser !