Mot de passe oublié ?
RESEAU-FERMIER.COM»» Toutes les interviews de fermiers»» INTERVIEW DE M. LUC ALBERTI DE LA FERME "ALBERTI"

Interview de M. Luc Alberti de la ferme "Alberti"

Question de reseau-fermier.com Question de reseau-fermier.com
Pouvez-vous nous présenter votre exploitation ?
Alberti Luc Réponse de Alberti Luc

L'exploitation existe depuis les années 50, elle a aujourd'hui plus de 60 ans. C'est une exploitation familiale, mon père est à l'origine de sa création. Il a commencé avec son beau-frère puis a continué seul par la suite.

Le volume de l'exploitation n'a pas beaucoup évolué au fil des ans, les premières cultures étaient essentiellement orientées pour le pot au feu (chou, poireau, carotte, ...). La production était essentiellement dédiée à l'exportation.

La période de la mécanisation nous a poussé à évoluer, car l'exploitation n'était pas suffisamment rentable face à la concurrence et par rapport aux nombres de personnes y travaillant. Le choix a était de changer le type de production. Durant les années 70, nous avons commencé à construire des serres, ceci nous a permis d'orienter la production vers des variétés de tomates, concombres, poivrons, aubergines et melons.

Puis dans les années 80, le choix a été fait d'aller vers de la lutte intégrée. A l'époque nous étions un peu des pionniers dans le domaine.

Aujourd'hui, nous ne sommes pas une exploitation en agriculture biologique mais nous utilisons beaucoup de produits biologiques, nous sommes dans la logique de la lutte intégrée, nous n'utilisons pas de désherbant.


Question de reseau-fermier.com Question de reseau-fermier.com
Sur votre exploitation, quelles sont les variétés cultivées ?
Alberti Luc Réponse de Alberti Luc

Nous faisons des tomates, melons, poivrons, aubergines, courgettes et piments, ceci uniquement pour l'été. Mais nous faisons également depuis 4 ans des cultures d'hiver, avec plusieurs sortes de choux, poireaux, navettes, rutabagas et radis noirs. Ce découpage nous permet de satisfaire la clientèle toute l'année. Cette organisation n'a pas été facile à mettre en place, car nous fonctionnions à la base uniquement sur la saison d'été. Durant la période hivernale, nous n'avions pas de permanent et travaillions essentiellement en famille pour nettoyer les serres et préparer les cultures pour la saison suivante.

Nous reprenions alors à partir du printemps, pour tourner l'été à 10 ou 11 personnes. Il a donc fallu changer l'organisation pour assurer les cultures d'hiver. Cela a demandé du changement, car les cultures d'hiver se plantent en été, et nous étions déjà à cette période débordés.

Nous avons été obligés de mettre en place ce roulement principalement pour 2 raisons, d'une part pour satisfaire notre clientèle locale, et d'autre part pour assurer un revenu économique viable à l'exploitation. Car nous avons connu des saisons difficiles, notamment durant certains étés sur la culture du melon. Il a donc fallu trouver une solution pour maintenir le chiffre d'affaire.


Question de reseau-fermier.com Question de reseau-fermier.com
Votre production est issue d'une méthode d'agriculture raisonnée, pouvez vous nous dire ce qui vous a poussé à aller dans ce sens ?
Alberti Luc Réponse de Alberti Luc

J'ai grandi sur l'exploitation, et intégré les valeurs familiales sur l'esprit d'une agriculture raisonnée.

Mes parents ont fait ce choix là, car ils se sont rendus compte très tôt que traiter les serres toutes les semaines était aussi dangereux pour leur santé. Ils ont également toujours fait des efforts, pour ne pas polluer l'environnement.

J'ai donc souhaité continuer dans cette voix, et même essayer de l'améliorer.

C'est un choix difficile, car cela va a l'encontre des objectifs de productivité, mais je ne pouvais, de toute façon, pas concevoir une autre façon de faire.

Nous sommes aujourd'hui de plus en plus soutenus par l'avancé de la recherche dans le domaine de l'agriculture biologique. Certains produits existaient, mais n'étaient pas bien distribués, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui. J'ai passé beaucoup de temps à essayer de trouver des solutions, et constate une avancée notable dans ce domaine. Tous les grands laboratoires se mettent à produire des prédateurs pour la lutte intégrée.

En ce qui concernant la viabilité économique, l'exploitation existe déjà depuis un grand nombre d'années, ce qui m'a permis de profiter de la clientèle existante pour la vente en direct.

J'ai choisi d'adhérer à cet état d'esprit car je crois au développement durable d'une agriculture raisonnée.


Question de reseau-fermier.com Question de reseau-fermier.com
Quelle est aujourd'hui, sur un plan géographique, l'étendue de votre notoriété ?
Alberti Luc Réponse de Alberti Luc

La principale partie de la vente en directe se situe sur un rayon de 30 km. Au début nous étions les seuls à vendre en direct, mais aujourd'hui ce n'est plus le cas. Nous avons donc constaté une perte de marché « légitime », car les clients vont au producteur le plus proche de chez eux.

Une bonne partie de notre clientèle reste fidèle à l'exploitation, mais moins de clients effectuent de grande distance.


Question de reseau-fermier.com Question de reseau-fermier.com
Depuis ces dernières années, comment avez vous vu évoluer les pratiques de la vente en direct ?
Alberti Luc Réponse de Alberti Luc

La vente en directe permet de mieux valoriser les produits. Nous avons régulièrement de nouveaux clients. La démarche de la consommation en directe se développe dans l'esprit des gens. Je note une attitude positive de la part des consommateurs.

Nous faisons de la communication dans les journaux locaux, distribuons des prospectus dans les villages aux alentours et avons un site internet.




Les commentaires des internautes

CHEROUAT Gérard Internaute anonyme
Merci pour ces témoignages,
Vous battez pour continuer d'exister alors que chaque consommateur continue de chercher le meilleur prix sans se soucier des conditions de production de nos agriculteurs.

Très égoïstement, je regrette que vous ne produisiez pas de "fenouil bulbeux" !!!
J'adore ce légume mais, petit retraité jardinier, je n'arrive pas à en faire pousser ... ça monte à graine inexorablement.

Je cherche un conseil de date de semis et de variétés pour arriver à en produire dans mon petit jardin Toulousain.
Auriez-vous une adresse à me communiquer pour échanger sur les conditions de production, apparemment bien délicates, de ce merveilleux légume.

Bien à vous.
Cordiales salutations
Gérard CHEROUAT
Le 25/07/2013 à 14:35:53 Signaler
Voir tous les commentaires

Ecrire un commentaire

La saisie du commentaire est limitée à 1200 caractères.
(optionnel)
(optionnel)  (Votre adresse email ne sera pas publié)

Ces articles peuvent aussi vous intéresser !