Mot de passe oublié ?
RESEAU-FERMIER.COM»» Toutes les interviews de fermiers»» INTERVIEW DE M. LUDOVIC VASSAUX

Interview de M. Ludovic Vassaux

Question de reseau-fermier.com Question de reseau-fermier.com
Pouvez vous nous présenter votre exploitation ?
vassaux ludovic Réponse de Vassaux Ludovic

Je suis installé depuis maintenant un an et demi, mais l'exploitation a plus de 25 ans.

Au tout début il y avait des vaches normandes, mais c'était essentiellement une exploitation céréalière, et ce encore jusqu'à l'année dernière. A partir de Janvier 2011, nous avons commencé à avoir des animaux de la race bovine Maraîchine.

Je me suis donc installé en mai avec cette race là, avec comme objectif de valoriser une production de veau de lait sous la mère en vente directe.


Question de reseau-fermier.com Question de reseau-fermier.com
Votre exploitation est marquée par une particularité, vous produisez vous même l'alimentation de vos bêtes. Pouvez vous nous en dire plus ?
vassaux ludovic Réponse de Vassaux Ludovic

Les Maraîchines sont alimentées essentiellement avec du foin, et occasionnellement avec du blé issu de la ferme.

Nous produisons, sur la ferme, du foin de prairie et du foin de luzerne. Il n'y a pas d'achat d'aliment extérieur, le but étant d'avoir une transparence sur l'alimentation des animaux.

Je suis également consommateur de ma production, je suis donc directement concerné par la qualité.


Question de reseau-fermier.com Question de reseau-fermier.com
Du fait de votre propre production de céréales, vous êtes protéger des aléas boursiers.
La gestion d'une telle installation doit être plus compliquée en terme de logistique.
Si vous deviez faire un bilan de cette auto-production que serait-il ?
vassaux ludovic Réponse de Vassaux Ludovic

J'ai choisi de construire le projet autour de la race Maraîchine, notamment pour sa rusticité. Ceci permet d'avoir une alimentation beaucoup moins contraignante par rapport à des animaux plus performants, nécessitant une alimentation plus pointue.

La Maraîchine valorise très bien le fourrage et le foin d'une manière générale, sans pour autant avoir d'ensilage ou d'apport d'aliment extérieur. Nous donnons également du blé, mais seulement d'une manière ciblée sur les animaux qui nous paraissent les plus maigres.

Il y a également une volonté économique d'investir sur cette race. Au niveau du travail, l'ensilage demande du temps de la place et de l'argent.

Nous avons également un cahier de charge à respecter au niveau des éleveurs de Maraîchines. Celui-ci interdit de donner de l'ensilage, ceci permettant d'assurer la qualité de la race.


Question de reseau-fermier.com Question de reseau-fermier.com
Étant donné les problématiques d'abattage et de distribution de la viande. Comment organisez vous vos distributions ?
vassaux ludovic Réponse de Vassaux Ludovic

Les veaux partent à l'abattage à Surgères (17) puis dans un atelier à Nalliers (85) qui découpe et met sous vide. La viande arrive donc à la ferme conditionnée sous forme de colis de 5 kilos.

Nous nous sommes équipés d'un grand frigidaire pouvant contenir un veau.


Question de reseau-fermier.com Question de reseau-fermier.com
Quel est aujourd'hui, sur un plan géographique, l'étendue de votre notoriété ?
vassaux ludovic Réponse de Vassaux Ludovic

Notre clientèle se concentre essentiellement sur la région. Mais il nous arrive d'avoir des clients du Maine et Loire (49), de Bordeaux (33) ou de l'Aisne en Picardie (02).

La majorité des commandes se concentre sur la commune et celles alentour ou Niort. Nous avons également des clients relais, venant récupérer des colis pour d'autres personnes.

Nous avons investi la communication au niveau des cartes de visites, celles-ci se distribuent facilement. Nous avons également fait un site web.


Question de reseau-fermier.com Question de reseau-fermier.com
Depuis ces dernières années, comment avez vous vu évoluer les pratiques de la vente en direct ?
vassaux ludovic Réponse de Vassaux Ludovic

Au jour d'aujourd'hui, cela évolue plutôt bien, je n'ai jamais eu de colis invendu jusqu'à présent. Nous avons vendu 17 veaux en un an. La clientèle revient régulièrement, elle semble également satisfaite au niveau de la qualité du produit et du tarif.

Nous avons fait une animation avec l'école de la commune, sur l'alimentation de la vache et du veau. Nous ouvrons également les portes aux curieux, désireux de venir voir ce que mangent les vaches.

Nous nous sommes également organisés aux niveaux de quelques éleveurs de Maraîchines pour livrer quelques cantines.




Ecrire un commentaire

La saisie du commentaire est limitée à 1200 caractères.
(optionnel)
(optionnel)  (Votre adresse email ne sera pas publié)

Ces articles peuvent aussi vous intéresser !